La Langue Portugaise, le Brésil, la Lusophonie, La Mondialisation Linguistique:                
Un Nouveau Regard                

A Minha Língua                                                    Ma langue

                  

                   A minha LÍNGUA                    Ma LANGUE
       Sabe a terra        a goût de terre
       Com laivos de mar        avec des lueurs de mer
       Irradia da Península        Elle rayonne depuis la péninsule
       É favela        Elle est «favela»
       Sabe a China e a Timor Oriental.        Elle a goût de Chine et de Timor Oriental.
       Tem a cor mesclada da pele        Elle a la couleur de la peau métisse
       Declina todas as estações do Tempo        Elle décline toutes les saisons du Temps
       É Sul a agarrar no Norte        Elle est le Sud qui s’accroche au Nord
       É Norte a Sul do Tempo.        Elle est le Nord au Sud du Temps.
                           
       A minha LÍNGUA… sente-la?        Ma langue… tu l’entends?
                           
       É corda de guitarra        Corde de guitare
       A gemer em Coimbra        Gémissant à Coimbra
       Voz de saudade a transbordar        Voix de nostalgie débordant
       Da Alfama        De l’Alfama
       Mulher que se vê ao espelho        Femme qui se voit dans le miroir
       Na morna        De la morna*
       E estremece ao som        Et tressaille au son
       Do batuque e do samba.        Du batuque et de la samba.
                           
                           
       Virgem que se desflora        Vierge que l’on déflore
       Nas vinhas        Dans les vignes
       E cruz que se planta na savana        Et croix que l’on plante dans la savane
       A minha LÍNGUA        Ma LANGUE
       É transmontana        Fille de Trás-os-Montes
       Que sobressalta ao som        Qui sursaute au son
       Do swahíli.        Du swahili.
                           
                           
       É grito de mulher        Cri de femme
       A dar à luz em Goa        Qui accouche à Goa.
       E berro de criança        Et appel d’enfant
       A brincar em Díli        Qui s’amuse à Dili.
                           
       A minha LÍNGUA        Ma LANGUE
       É a de Camões e Virgílio        Est celle de Camões et Virgílio**
       Mia Couto e Teobaldo        De Mia Couto et de Teobaldo
       Virgínio        Virgínio
       Vínicius e Gedeão        De Vínicius et de Gedeão
       É a do Poeta que canta        C’est celle du Poète qui chante
       Há sempre alguém que resiste        Il y a toujours quelqu’un qui résiste
       Há sempre alguém que diz que não.        Il y a toujours quelqu’un qui dit non.
                           
       A minha LÍNGUA é arquipélago        Ma LANGUE est archipel
       E continente        Et continent
       Fusão dos hemisférios        Fusion des hémisphères
       Sonho adjacente.        Rêve adjacent.
                           
       É dessa LÍNGUA        C’est de cette LANGUE
       Que vejo o mar        Que je vois la mer
       O mar que a levou        La mer qui l’a amenée
       Ao mundo        Au monde
       E me ensinou        Et m’a enseigné
       A sussurrar        À chuchoter
       Os segredos que o mundo        Les secrets que le monde
       Deu à minha LÍNGUA        A confiés à ma LANGUE
       Para ela devolver ao mar.        Afin qu’elle les rende à la mer.
                           
                           
       E onde quer que me encontre        Et où que je me trouve,
       Ponto cardeal, eixo, fuso        Point cardinal, axe, fuseau
       Horizonte        Horizons
       É em português que ouço        C’est en portugais que j’entends
       O grito dos pássaros        Le cri des oiseaux
       O murmúrio da fonte        Le murmure de la fontaine
       O apelo dos barcos        L’appel des bateaux
       O sonho alucinante da noite        Le rêve hallucinant de la nuit.


Paris, Junho de 2001, in Cristina Semblano - A Minha Língua
Confessions en Portugais et en Français, Paris, Éditions Lusophone, 2004, p. 31-33
Traduction : Anne-Marie Quint



* Danse cap verdienne
** Allusion à Virgilio de Lemos, journaliste et poète, qui écrit en portugais et en français. Né au Mozambique en 1929, il vit au Mozambique jusqu’en 1963, date à laquelle il se fixe à Paris.





Cristina Semblano


Cristina Semblano est née à Ovar le 12 septembre 1955. Vit à Paris depuis l’âge de 16 ans, ayant passé son baccalauréat à Coimbra en 1974. Titulaire d’une maîtrise, d’un DEA, et d’un Doctorat en Sciences de Gestion à l’Université de Paris I - Sorbonne, elle a été étudiante salariée, ayant notamment enseigné l’économie dans une école associative portugaise. Travaille actuellement à la Caixa Geral de Depósitos (Banque de l’Etat Portugais) à Paris.
Participe activement aux mouvements civiques, culturels et politiques qui défendent les droits et intérêts des citoyens en général et, en particulier des lusophones, étant une véritable ambassadrice de la langue portugaise.
A publié des poèmes dans des journaux et revues littéraires en France et à l’Etranger. Le poème « A Minha LÍNGUA » a été publié pour la première fois au Jornal do Fundão, ensuite au Mozambique et en Suisse. Son premier recueil de poésie A Minha LÍNGUA – Confessions en Portugais et en Français, est paru en juin 2004, aux éditions Lusophone.
Participe à des cercles de poésie et ponctuellement à des émissions de radio et télévision.
Organise régulièrement à Paris, des rencontres de poètes et musiciens lusophones et du monde.
Son deuxième recueil de poésie devra paraître en 2006