La Langue Portugaise, le Brésil, la Lusophonie, La Mondialisation Linguistique:                
Un Nouveau Regard                

Préambule

      Le portugais, partage avec l’anglais, l’espagnol et le français, le privilège d’être une langue de communication mondiale, plurinationale et pluri continentale.

      Ces langues européennes ont, depuis le XVIe siècle, profondément marqué les pays qui les ont adoptées plus ou moins librement. Elles ont influencé les mentalités, les cultures, les économies et le développement, tout en façonnant des sensibilités communes entre pays de continents différents. Elles-mêmes se sont enrichies, notamment au niveau lexical, au contact d’autres peuples, sans que les variantes en altèrent profondément l’unité structurelle. Elles ont ainsi contribué à tisser entre divers pays un lien qui leur permet de se constituer librement aujourd’hui, en ensembles linguistiques, culturels, techniques, économiques et commerciaux.

      Ces communautés, naturellement réunies par une même langue européenne, ont parfois créé des structures officielles. C'est le cas par exemple pour la Francophonie ou pour la toute jeune Lusophonie créée en 1996, autour de la langue portugaise, la moins connue de toutes en France et de loin la moins enseignée. Ces unions linguistiques respectent chaque partenaire. Elles sont bénéfiques pour chacun d'eux, dans le cadre même de cette communauté mais aussi parfois très largement, à l’extérieur, sur un plan international.

      Le rayonnement de ces groupes linguistiques, plus technique et économique que culturel, permet aux XXe et XXIe siècles, à certaines de ces langues, comme l’anglais, l’espagnol et le français, de devenir des instruments de communication dans des espaces nouveaux. Un schéma qui jusqu’ici a très peu concerné le portugais.

      Avec la globalisation économique et le développement des technologies nouvelles comme Internet, le rayonnement de ces communautés linguistiques doit se poursuivre et se consolider. En ce qui concerne les langues latines, elles ne le pourront, à côté de l’anglais omniprésent, que si elles savent établir de nouvelles relations de coopération entre elles. Les espaces qu’elles occupent dans le monde sont suffisamment larges pour être mieux pris en considération par les systèmes éducatifs européens, et notamment français.

      C’est la prise en compte de l’apparition d’équilibres culturels et économiques nouveaux dans le cadre de la globalisation, sans négliger le respect de l’identité des peuples, qui sous-tend la réflexion que propose ce colloque.

      Ce colloque est organisé à l’initiative de la ville de Montreuil et de l’association Arara. Cette ville de Seine-Saint-Denis est sensible à la nécessité d’une diversification de l’enseignement des langues au niveau régional - dans un secteur où la population scolaire est multilingue et multinationale - et au niveau national, dans l’intérêt même du pays. Preuve de son engagement dans ce domaine, la ville a programmé, dans le cadre de l’Actep (association des collectivités territoriales de l’Est parisien), avec 21 autres communes la construction d'un lycée international dédié aux langues, dont le portugais.


Objectifs du Colloque


      Le projet BRESIL-BRESILS 2005, nous permet de partir à la « redécouverte » du Brésil, de son histoire, de sa diversité géographique humaine et culturelle, de la vitalité de son évolution de son économie, ainsi que de sa langue, le portugais. Cette langue, l’une des langues latines internationalement les moins connues, mais la troisième langue d’Europe plus parlée dans le monde, comme langue maternelle ou officielle. Les manifestations, nombreuses et variées font mieux comprendre la nécessité de redéfinir, dans le cadre de la mondialisation économique et linguistique, la place qui revient à ce pays d’Amérique du Sud, plus grand que l’ensemble des pays de la Communauté Européenne.

      Quatre thèmes centraux traitent l'ensemble des objectifs de ce colloque plus particulièrement linguistique: La Langue portugaise, le Brésil, la Lusophonie, la mondialisation linguistique : un nouveau regard :


      - Les langues latines pluri continentales et plurinationales et les espaces lusophone, francophone, hispanophone et italophone.
      Ce thème permet une réflexion élargie, sur le fonctionnement linguistique et politique des langues latines européennes de diffusion mondiale, et sur leur importance non négligeable, face à l’anglais, dans la mondialisation linguistique.

      - Le portugais, langue de la Lusophonie ?
      On confond souvent langues et accents. Si les accents varient souvent dans un même pays, il est inévitable qu’ils présentent des différences entre pays lusophones, situés sur plusieurs continents (le Brésil en Amérique du Sud, cinq pays lusophones en Afrique, le Portugal en Europe, Timor en Océanie), la structure grammaticale reste suffisamment cohérente pour que le portugais soit compris dans les différents pays lusophones et soit la langue communication de la Lusophonie.

      - Coopérations et échanges - Lusophonie et Francophonie.
      L’importance de cette langue de communication est appelée à s’affirmer internationalement avec l’indépendance récente des pays lusophones d’Afrique (1975), l’intégration du Portugal à l’Union Européenne (1986), la croissance économique et l’ouverture commerciale récentes du Brésil, (Mercosul, CE, axe Sud-Sud) et la multiplication des coopérations et des échanges à l’intérieur de la Lusophonie et entre les pays qui la constituent et les autres espaces économiques et linguistiques dont la Francophonie.

      -L’enseignement du Portugais en France.
      La France a été le premier pays, du moins en Europe, à introduire l’enseignement du portugais dans le système éducatif : à l’université (1919-1920), dans le second degré (à titre expérimental dans les années 1950 et de façon structurée en 1973), voire dans le premier degré (1989). Il importe de faire le point et d’analyser les problèmes passés pour faciliter le développement futur de l’enseignement de cette langue dans un contexte nouveau.


      La conclusion du Colloque, sera présentée par Louis-Jean Calvet, professeur à l’Université d’Aix-Marseille et spécialiste de politologie linguistique.


      Ce Colloque s’adresse à tous ceux qui se sentent concernés par les enjeux culturels et sociaux économiques de la bataille linguistique mondiale actuelle et la nouvelle responsabilité du Brésil et des pays lusophones pour la diffusion et l’enseignement de la langue portugaise : étudiants, professeurs, professionnels, citoyens.


                                Solange Parvaux
                                Inspectrice Générale honoraire
                                Commissaire scientifique du Colloque