La Langue Portugaise, le Brésil, la Lusophonie, La Mondialisation Linguistique:                
Un Nouveau Regard                


                Lusophonie: le concept et la réalité


Fernando Alves Cristovão


Fernando Alves Cristovão est né à Setubal le 9 novembre 1929. Il a fait ses études Universitaires à la Faculté des Lettres de Lisbonne où il a soutenu sa thèse de doctorat en philologie romane sur un auteur Brésilien (Graciliano Ramos) en 1974.

Professeur en titre de Philologie Romane de la Faculté des Lettres de Lisbonne, il y a dirigé, de 1974 à 2000, le Centre de Culture Brésilienne. Il a par ailleurs été invité dans plusieurs universités étrangères : 1979, à Goiânia (Brésil, où il a fait un cours sur Graciliano Ramos); 1980, à Rennes (France); 1983, Pékin (Chine); 1992, Utrecht (Hollande); 1995, Cologne (Allemagne).

Outre ses fonctions universitaires d’enseignant, de directeur de recherche et de thèses au Portugal, voire à l’étranger, et ses charges administratives (1982-1984, Directeur du Conseil scientifique de l’Université Classique de Lisbonne), il a été (1982-1989) Vice-Président et la Président de l’ICALP (Institut de Culture Portugaise, l’actuel Institut Camões). Il y a eu un rôle dynamique dans la diffusion de la langue et de la Culture portugaises : négociation de postes à l’étranger (Bankoq, Malaca, Singapour); participation à des commissions mixtes pour des accords culturels internationaux (1984 : France, Belgique, Argentine, Indes - 1985 : Finlande, Allemagne, Cap Vert - 1988, Maroc).

Son activité, universitaire et extra-universitaire, a été au service, soit de la divulgation de la littérature brésilienne au Portugal et dans le monde, soit de la diffusion de la langue portugaise, surtout après 1893 où il a été membre de la Commission exécutive du « Congrès sur la situation actuelle de la langue portugaise dans le monde » Des 69 inventions, faites entre 1968 et 2004, dans des réunions scientifiques et conférences , plus de la moitié (36) portaientt sur la littérature brésilienne : 15 prononcées au Brésil, sur Graciliano Ramos (3), Clarice Lispector (2), ou Raquel Queiroz (2) et 21 dans différents pays : Portugal (9 dont 6 à Lisbonne), Espagne (3), France (3), Italie (2), USA (2), Autriche, Belgique, Uruguay).

De 1985 à 2004, dix sept des communications prononcées (soit 37%) ont traité de la diffusion de la langue portugaise, (Espagne, Lisbonne, Séoul, Tokio, Paris, Luxembourg, Rio, Pekin. L’une d’elles présentée, en 1986, dans sept universités du pays, portait sur Le nouvel accord orthographique, toujours pas définitivement signé.

Parmi ses vingt et une oeuvres publiées, sept sont consacrées à la littérature brésilienne (Graciliano Ramos, Estrutrura e valores de um modo de Narrar (Rio, 1975, 4 éditions); sept à la littérature de voyage, et trois à des problèmes de diffusion de la langue portugaise.

Depuis 2000, il préside l’ACLUS (Association de la Culture Lusophone) et s’emploie à la réalisation du Dicionário da Lusofonia (2000 pages) dont la sortie est imminente.

Fernando Cristovão a reçu deux prix brésiliens: Le prix "Casa Grande e Senzala" de la Fondation Joaquim Nabuco du Brésil en 1984
La médaille du Centenaire de Manuel Bandeira, concédée par l'Université de Campina Grande au Brésil, en 1986